MONDRIAN, DE STIJL, exposition au Centre Georges Pompidou, 2011

Publié le par Séverine SAINT-MAURICE

 

 

 

PIET MONDRIAN

 

piet-mondrian-05

Piet Mondrian Composition avec rouge, noir, bleu et jaune, 1928

 


En général, on aime bien Mondrian. Parce que ses tableaux sont simples, colorés, et « branchés » : Yves Saint-Laurent, Canal + ou Studio Line n’ont-ils pas repris son code visuel, des lignes verticales et horizontales, parsemées de carreaux bleus, rouges et jaunes ? Mondrian fait donc partie de notre quotidien.

 

Mais encore ?

Les tableaux de Mondrian sont abstraits. Abstraits de quoi ? De la réalité physique, du monde des objets. Pour l’artiste, la peinture ne doit pas « copier » la réalité en reproduisant  ses paysages ou ses personnages. Elle doit avoir son  langage propre, ses propres codes de représentation

 

 

En ce début du XXe siècle, qui fait la part belle aux inventions venant bousculer la façon de vivre (l’electricité, la voiture, le cinéma, les avions, le téléphone…), les hommes sont de moins en moins en contact avec la nature, et mènent une vie de plus en plus « abstraite », utilisant les machines mises à leur disposition. Selon Mondrian, l’art doit participer à ce changement et proposer une nouvelle façon de concevoir la réalité.

 

Les lignes verticales et horizontales n’existant pas dans la nature, elles sont choisies par Mondrian comme de pures créations de l’esprit, parfaitement « abstraites » du monde naturel. Elles expriment plastiquement les oppositions propres à l’Humain : la verticale évoque le dynamisme (en opposition au statisme de l'horizontale), le principe masculin (en opposition au principe féminin), le spirituel (en opposition au matériel), etc…

Quant aux couleurs, l’artiste ne retient que les couleurs primaires (bleu, rouge et jaune) qui sont à la base de toutes les autres couleurs obtenues par mélange (le blanc, le gris et le noir ne sont pour lui pas des couleurs, et servent à articuler ses compositions).

 

 

Chaque tableau est une recherche de pureté et d’équilibre spatial et chromatique. L'art ayant pour l'artiste un rôle éducatif,  ses œuvres  doivent permettre à l’homme moderne d’envisager sa vie selon les même principes d’harmonie et de beauté toute spirituelle.

 

Ce nouveau langage abstrait va ainsi exercer son influence bien au-delà de la peinture, jusque dans la vie quotidienne, dans l’artisanat, et bien sûr l’architecture. On assiste dans les années 1920 à la naissance des premiers immeubles (formes géométriques simples), et des constructions ouvertes par de larges baies vitrées et des surfaces articulées modulables, venant remplacer la traditionnelle architecture de pierre.

 

  

 gif mondrian GerritRieveldChaisgif_Theo-van-Doesburg--maquette-de-maison-d-artiste.gif

Gerrit Rietveld, Chaise rouge et bleue, 1917-18

Theo Van doesbourg, Maquette de maison d'artiste, 1923

 

 

 

 


Publié dans TEXTES SUR L'ART

Commenter cet article